Analyse - Photo de Sandy Skoglund

par Artsmette  -  4 Janvier 2000, 14:50  -  #analyse, #critique photo

Analyse - Photo de Sandy Skoglund
Sandy Skoglund
photographe américaine
http://www.sandyskoglund.com/
Je ne vais pas vous retracer la vie de Sandy Skoglund, il vous suffit de taper son nom sous un moteur de recherche et vous en saurez autant que moi. En revanche en allant sur son site (lien ci-dessus), vous pourrez voir des vidéos de torunage de prise de vue... Je préfère m'attacher ici à l'analyse d'une de ses photos :
Radioactive cats
1 - Technicité :
Un plan d'ensemble d'une pièce. La photo est prise légèrement en plongée ce qui fait que les verticales ne le sont pas vraiment. Il y a d'ailleurs une certaine distorsion d'objectif que la photographe aurait pu corriger mais il semble que son choix fut tout autre car on ne peut mettre en doute l'ignorance de ce fait de la part d'une photographe mondialement connue pour ces mises en scène soignées.
Notre œil photographique se place naturellement au niveau du chat vert pomme à droite sur la table de sorte que nous pouvons participer avec lui aux différentes saynètes de ce troublant drame calme.
Du point- chat central, nous pouvons tracer un premier triangle qui rejoint les deux angles en bas de la photo. Dans ce triangle, on comptera pas moins d'un quinzaine de chats dont la majorité semble n'avoir comme unique visée ce qui pourrait bien sortir du réfrigérateur. Sauf l'un d'entre eux qui tourne le dos à ce pseudo-événement et s'acharne (?) sur ce qui fut l'assise d'une chaise.
Un autre triangle partant toujours du même point se dessine à partir des deux angles de gauche. Il s'agit ici du triangle de l'homme assis, vu de dos. Cet homme dont le visage paraît tourné vers le réfrigérateur ne semble rien en espérer. Même si l'on ne voit pas ses yeux, l'angle de la tête, la ligne des épaules nous entraînent vers un point vide.
Un troisième triangle partant toujours du point central rejoint les deux angles de droite. Dans le premier tiers de ce triangle figure la femme. De dos elle aussi. Cherche-t-elle une nourriture ? Son corps fait écran, nous ne savons donc pas l'ampleur de contenu ou du vide du réfrigérateur.
Les couleurs dominantes sont le gris, les verts pomme, fluo, et... les couleurs chair du crâne de l'homme et des bras et cou de la femme. Ces éléments couleur chair sont curieusement les dernières marques d'une humanité.
2 - Interprétation :
Tout est gris ! murs, table branlante, fauteuil, chaise, radiateur, réfrigérateur, vêtements des deux protagonistes, et même les cheveux du bonhomme mais pas ceux de la femme. Un gris de tristesse générale. Une tristesse renforcée par la pose de l'homme que plus rien ne semble intéresser. Indifférent à notre intérêt, il nous tourne le dos. Il n'attend ni n'espère rien. Il s'est pourtant habillé et si l'on en juge par sa coiffure et l'éclat de son crâne, c'est un homme soigné, reste de dignité, peut-être. Son épouse porte une robe grise, propre, dont les plis tombent bien. Pas de misérabilisme excessif. l'homme et la femme ne semblent pas touchés par la radioactivité (titre de la photo) dont sont victimes les chats. Cette radioactivité n'atteindrait-elle pas les humains ? Signe d'espoir.
Il n'en est pas moins vrai que la couleur des chats est inquiétante. Inquiétante et curieuse aussi : nous associons normalement le vert à l'écologisme, la nature, l'espoir... or ici, la symbolique positive du vert s'inverse. Le vert devient un symptôme de maladie incurable. Pourtant les chats continuent à vivre tant bien que mal, dépendant de la femme, en attente de la pitance.
Le couple poursuit des gestes du quotidien semblant indifférent aux bouleversements du monde. Alors : refus de voir ou résignation ?

Avril 2015