Analyse - Photo de David Lachapelle

par Artsmette  -  11 Janvier 2000, 18:20  -  #analyse, #critique photo

Analyse - Photo de David Lachapelle
David Lachapelle
Maison à la fin du monde
http://www.davidlachapelle.com/
Je ne présente pas David Lachapelle, il suffit de taper son nom dans un moteur de recherche pour lire de nombreux articles le présentant. Fidèle aux analyses de photos, j'essaierai de lire une de ces photographies. Celle-ci fait partie d'une série "maison à la fin du monde".
1 - Technicité :
Plan d'ensemble sur une scène apocalyptique présentant un quartier dévasté et une femme en pied et son bébé dans les bras.
Les personnages sont situés au tiers gauche de la photo et occupent pratiquement toute la hauteur de l'image.
Les deux personnages ont le visage tourné vers la gauche de l'image donc du côté fermé. De ce fait, la prégnance de la destruction occupant les deux tiers droits de la photo n'en est que plus renforcée. Notre lecture occidentale de gauche à droite nous fait quitter les personnages pour observer l'étendue des dégâts. Il suffirait de pratiquer une symétrie horizontale pour modifier totalement la lecture de cette image, car, dès lors, nous accompagnerions les personnages dans leur fuite. Ici, le choix de la composition nous force à rester dans l'image et à revenir en arrière pour reprendre contact avec les personnages.
A part cette disposition et cette répartition dans la photographie, il y a peu de lignes de force. Tout semble "à plat". Au méli-mélo de l'arrière-plan, répond un méli-mélo tant dans l'attitude de la mère que dans la disposition des éléments qui composent la scène humaine.
Le grand contraste tient dans la différence des couleurs et détails : autant la scène humaine est colorée (rouges vifs, blancs plus ou moins purs, dorés, jaunes), autant l'arrière-plan baigne dans des tons pastels et relativement assez fades. Le choc n'en est que plus important.
La lumière est crue, les ombres au sol rares. Une lumière de plein midi.
Je ne sais comment a été prise la photo, je parierai plus pour une superposition d'une photo studio sur un arrière-plan extérieur : quelques ombrages ont été reportés sur le fond.
2 - Interprétation :
Une mère et son bébé semblent hagards suite à un événement dramatique (tremblement de terre, attentat à la bombe,... ?). Photo de fin de monde.
L'enfant se frotte la tête mais ne semble pas vraiment effrayé, la mère semble s'enfuir mais quelques indices contredisent aussitôt cette impression. En effet, les jambes sont posées et ne décrivent en rien une course, le visage de la mère paraît interrogatif sans manifester une crise de panique aigüe...
Il semblerait que mère et enfant étaient au lit : un oreiller est encore collé à l'arrière de la tête de la maman, les cheveux y sont posés en étoile (le fait que le tout soit à la verticale donne dans un premier temps un effet de souffle). Le "manteau" de la mère est une couverture molletonnée. Pourtant la tenue vestimentaire de la mère ne correspond pas à une tenue de nuit. Trop chic, trop glamour. On reconnaît ici la patte publicitaire mode de l'auteur.
En fait, plus on regarde cette photo et plus on se dit que rien n'y fonctionne de ce qu'on avait pressenti.
La douceur de l'ensemble humain tant dans sa composition que dans les coloris ou le côté un peu chicos et assez maniéré veut-il nous laisser un espoir dans une fin de monde symbolisée par la destruction de tout un quartier voire d'une ville ? Un peu comme si l'auteur avait voulu nous dire que dans cette couverture (de survie) blanche et sang était contenue la continuité de l'humanité, la mère et l'enfant, un enfant interrogatif mais serein.

mai 2015

BLIN 03/02/2016 00:51

Concernant le décor, une similitude sur la palette de gauche et ses ombres portées avec la palette de droite.